Accueil des Enseignants Ecossais et Français en l'Hotel de Ville de Tréguier le 26 mars 2010

JM Huon

Premier Adjoint            Mesdames, Messieurs,  J’ai l’honneur  au nom de la Ville de Tréguier , de Monsieur le Maire et son Conseil Municipal  d’accueillir  une délégation  de pédagogues de  l’Ecosse . Vous venez de participer au groupe de travail Coménius Régio mais  je laisserai ma collègue aux Affaires Scolaire faire le point sur cette question.   

Landreguer a zo e parouz vihan , a parouz coz gant e yez deut d’euz Bro Zaoz. Demat deoc’h holl e Breizh wui deut in har nig d’euz Bro Skos.

Nous sommes une petite cité de caractère d’à peine 3000 habitants, ce qui fait que nous sommes la plus petite ville de ce projet Coménius.

Vous êtes ici, dans la Salle d’honneur de l’Hôtel de Ville, ancien Palais Episcopal   . Vous voyez que nos murs sont illustrés par les noms de Bretons  illustres. Je citerai uniquement 3 Trécorrois  : Tugdual, Yves Héloury de Kermartin, Ernest Renan. 

L’histoire légendaire dit que notre cité a été créée par le moine gallois Tugdual au V ème siècle. C’est la période historique de l’immigration bretonne  conséquence des invasions des Scots d’Irlande , des celtes comme nous . Il est certain que l’histoire des Scots, des Picts, des Angles , des Saxons  des Bretons, des Armoricains nous est connue sous  le vocable «  invasions dites barbares en France ». Ainsi nous devons admettre que la plupart d’entre-nous sommes descendants d’immigrés…

Tréguier sera pendant le Moyen-âge et avant la Révolution une  cité  religieuse. Landreguer sera cité épiscopale  et il nous reste aujourd’hui  d’une part , tout le patrimoine architectural , cathédrale, cloître et ce palais et d’autre part Héloury de Kermartin  , Saint Yves , le saint breton , défenseur des nécessiteux , des pauvres et patron des hommes de loi. Il était juge ecclésiastique et prêtre. Il a traversé les siècles et reste présent aujourd’hui par son culte et sa valeur d’exemple.

Au XIX ème, verra naître Ernest Renan, un personnage brillant destiné à la prêtrise mais dont la pensée et la philosophie évolueront  et aboutiront à une certaine contestation religieuse. Il est devenu le personnage emblématique de Tréguier ; Il a participé à sa façon à l’originalité de notre République Française : la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Symboliquement sa statue trône face à la cathédrale et son portrait dans cette salle fait face à celui officiel du Président de la République. En1882 Renan rédigeait son fameux  ouvrage : « Qu’est-ce qu’un Nation ? où il définissait cette  nation « Avoir des gloires communes dans le passé, une volonté commune dans le présent ; avoir fait de grandes choses ensemble, vouloir en faire encore, voilà les conditions essentielles pour être un peuple. ».Vous les Ecossais et nous les Bretons , nous nous reconnaissons dans cette citation un peu scolaire. Pour la plupart d’entre-nous la Nation est un concept maîtrisé surtout lorsque nous réalisons le Grand Chlem…

Coménius n’a pas fréquenté la Bretagne ; sinon il aurait pu avoir son nom sur ce mur des contestataires religieux. Il est né en Moravie (1592) et son histoire est très mouvementée. Très religieux il fut pasteur  en difficulté avec les Catholiques. Il dut partir en exil : il fréquenta la Pologne, la Hollande, l’Angleterre, Richelieu l’invita en France…C’est pour cela qu’on voit en lui un précurseur de l’Unité Européenne. Je n’entrerai pas dans une discussion philosophique sur les idées de Coménius  sur la foi, les textes sacrés  mais je retiendrai comme l’Europe  et l’Unesco l’ont fait, ses idées sur l’éducation. Il écrivait cette phrase choc : « Tout doit être enseigné dans le monde, sans distinction de richesse, de religion et de sexe… » Belle formule au XVII ème et quelle  modernité !!!

Parions que Coménius  se serait senti à l’aise dans notre cité contestataire. Nous ne partageons pas toutes les idées de Coménius  mais nous comprenons que l’Europe l’ait choisi pour parrainer nos échanges scolaires et nous espérons qu’au-delà de la coopération scolaire , une coopération entre nos Cités nos Peuples, nos Etats s’installeront peu à peu ; ainsi nous oeuvrerons ensemble  à la construction Européenne. Je constate d’ailleurs, puisque j’assure la partie financière du projet que nos administrations n’ont pas le même fonctionnement, et je réalise par exemple que  les contraintes administratives de la comptabilité publique ne sont pas aussi tatillonnes en Ecosse qu’en France …

Ainsi, nous sommes heureux de vous recevoir, et puis nous serons heureux de traverser la Manche... Quant à maintenant  c’est avec plaisir que passe la parole à Marie-France Rannou , Maire adjointe aux Affaires scolaires . Je pense  que  Coménius, ayant   osé affirmer au XVII ème « que les filles ont les mêmes capacités intellectuelles que les garçons »  cela  renforce encore son enthousiasme pour le projet.