L’opposition à Tréguier  se pose légitimement la question : « le bilan 2010 est-il satisfaisant ?  »  et reprend à son compte le « peut mieux faire  » de Monsieur Le Maire qui en réalité, la nuance est importante ,  était littéralement  «  peut encore mieux faire », rappelant que l’excédent budgétaire de fonctionnement  ne cesse d’augmenter depuis notre arrivée au pouvoir.

L’opposition qui, désolé pour elle, n’a plus d’élus depuis 2008, affirme que « la baisse des dépenses cache de biens mauvaises surprises » . Comment peut-on objectivement qualifier de « mauvaises surprises » une économie de 32  000 € en assurances, de 7 700 € en fêtes et cérémonies, de 7 000 € en télécommunications, compensant certes des augmentations mais aboutissant à  une baisse totale des dépenses de fonctionnement  de 32 000 € !

Peut-on qualifier de « mauvaises surprises » quelques hausses légitimes et quelques promotions chez les employés communaux ? L’opposition prétend  que  ces dépenses augmentent sans que « le service à la population ait été amélioré »…Sans doute ne constate-t-elle pas le changement dans l’entretien des rues et des cimetières ! sans doute, l’opposition ne se sent-elle pas concernée par  le succès de Cap Armor auprès des jeunes en été ! Ne faut-il pas plutôt féliciter nos services techniques qui d’ailleurs depuis notre arrivée travaillent avec un emploi en moins ?

Peut-on qualifier de « mauvaises surprises » une baisse de 2,3 % de nos dépenses culturelles  pour une petite cité  de 2 900 habitants qui consacre 14 % de ses dépenses aux Affaires culturelles ?

L’opposition  écrit dans son article « côté recettes , pas de quoi pavoiser » ; nous n’avons nulle envie de pavoiser  même si les recettes augmentent de 2 % ! Nous savons que les recettes sont fragiles mais ne cultivons pas la sinistrose avec 36 000 € de plus de droits de mutation, de 17 500 € de dotation communautaire , de 23 000 € de plus de contributions (sans augmenter les impôts) ! L’opposition serait plus crédible si elle faisait allusion à la baisse des recettes provenant  de l’Etat depuis que Nicolas Sarkozy est au pouvoir ! depuis 3 ans nous recevons 10 000 € de moins chaque année en dotation forfaitaire!

Quant à la subvention exceptionnelle de Coménius  n’est pas de 65 000 € mais de 33 000 € et s’il est vrai qu’elle va en partie disparaître , les dépenses y afférant aussi !

Mais un peu d’humour , partageons cette lapalissade de l’opposition « sans les recettes, l’excédent de fonctionnement serait en net recul » !

Quant au procès d’intention concernant la renégociation des emprunts , nous laissons à l’opposition  la responsabilité de qualifier cette nouvelle économie de « mauvais tour de passe-passe » ! Nous, nous nous  félicitons chaque jour de cette opération  car la conjoncture actuelle (les taux bancaires en hausse ) risque de  nous réserver  de bien  « mauvaises surprises » pour financer  nos investissements.

Quant aux investissements prévus (Aile Est de l’Ancien  Palais épiscopal, Cathédrale, Passerelle Saint-François) et ceux à venir ( le Centre-ville) l’opposition s’inquiète à juste titre . Ces grands travaux indispensables vont entraîner un endettement très important qu’il faudra maîtriser  sur la durée ; il est heureux que nous n’ayons pas pour l’instant fait appel à l’emprunt depuis 3 ans que nous sommes  à la tête de Tréguier.

Notre grande inquiétude pour ces grands travaux c’est , et  l’opposition  omet de le dire , le désengagement financier de l’Etat : les Dotations (DETR) sont de plus en plus réduites, voire inexistantes, les différentes subventions pour améliorer notre remarquable patrimoine culturel   sont en baisse considérable . Un calcul rapide montre que même une augmentation raisonnable des impôts ne peut compenser ce désengagement de l’Etat.

Nous sommes conscients des difficultés ; lors de nos discussions budgétaires entre élus nous avons étudié l’évolution de nos investissements :  si la conjoncture économique se dégradait, si les dotations gouvernementales baissaient énormément ou si nous étions obligés de faire face à de coûteux imprévus , il allait  de soi qu’il nous resterait à choisir des options très douloureuses…

Non , Messieurs, ces budgets ne sont pas  en trompe-l’œil ; ils sont objectifs et sincères et transparents et nous, les élus  de Tréguier les appliquons avec rigueur, conscients que nous sommes élus pour « encore mieux faire ».

Jean-Michel Huon,

Premier Adjoint , Adjoint aux finances.