Afficher l'image d'origineLe Syndicat Intercommunal d'Eau  et Assainissement (SIEA) de Kénevec assure la ditribution d'eau et l'assainissement dans les deux communes de Tréguier et de Minihy. Il est géré par un comité syndical de 5 délégués municipaux de chaque commune. Le SIEA   est dans la tourmente depuis quelques mois. Les Trécorrois en ont été informés par de nombreux articles de presse depuis mars 2015.

La municipalité de Tréguier, étant l'objet d'une demande d'aide remboursable (80 000 €) par le Syndicat , le Maire de Tréguier a tenu à informer les élus et les membres de la commission des Finances avant la réunion du Conseil municipal du 25 novembre 2015.Merci Monsieur le Maire de cette tranparence !

L'affaire soulève deux problématiques différentes :

- La première concerne le détournement financier ou matériel de la directrice en poste , découvert  par le Premier Vice-Président du Syndicat . Le Président actuel et l'ancien Président ont déposé plainte et la Cour Régionale des comptes est saisie. La justice étant saisie , la personne en cause (bénéficiant de la présomption d'innocence), sera probablement jugée ; attendons la suite et évitons d'alimenter la polémique par des ragots qui sont souvent malveillants...

- La seconde problématique concerne la mauvaise gestion : le report souvent systématique de factures à payer depuis plusieurs années : 836 706 €  de paiement en retard en 2015 (dont 172 000 € pour achat d'eau au Syndicat du Trégor en 2014 et 400 000 € de ligne de trésorerie non remboursée ).Le prix de l'eau aurait dû  donc augmenter depuis des années, le rattrapage est donc nécessaire et douloureux. Les Trécorrois devront donc subir une augmentaion  de l'ordre de 50 à 60 € en  2016 mais le prix de l'eau restera correct, largement inférieur par exemple à celui de Penvénan ou de Pommerit -Jaudy.Attention aux augmentations en % qui ont un effet choc ! Mais il est évident que la réalité des dépenses est suspecte , vu les détournements dénoncés...

Si les détournements sont confirmés par la justice et la personne condamnée à rembourser , le remboursement profitera probablement, non au syndicat qui aura disparu , mais  soit à la CCHT soit à LTC si la réorganisation territoriale suit son cours.

     Les signes d'alerte n'ont pas été perçus ni par la Trésorerie, ni par les élus ... cela rend perplexe de nombreux habitants. Un examen attentif  de la capacité d'autofinancement (CAF) aurait dû faire réagir :

Par exemple :

- Epargne de gestion en 2010  (Recettes -Dépenses) : 139 254 € (A)

- Intérêts annuel  de la dette : 55 939 € (B)

- donc CAF brute : (A- B)139 254 - 55 939 = 83 314 € (C)

- Remboursement annuel du capital de la dette : 116 980 € (D)

- Résultats  2010 : CAF nette restante : (C-D)= -33 665 €  !!!

En 2011 la Capacité d'autofinancement était de - 56 571 € , en 2012 de -156 059 € , en 2013 de -132 142 € en 2014 de  - 185 999 € , CAF nette cumulée -564 438  € !!!

     Heureusement cette affaire ne met pas en cause le sérieux du fonctionnement technique du syndicat : les réseaux sont sains et les performances sont bonnes, les résultats des analyses physico-chimiques sont excellents pour les deux compétences, l'équipe technique est compétente...C'est un point très positif et rassurant. Quant à l'avance de 160 000 € par les deux communes , elle est remboursable et risque peu d'impacter les impôts locaux.

PS : Au Conseil Municipal du 25 , le débat a été musclé, mais l'aide financière  a été  votée à l'unanimité (3 abstentions : Pierre Macé, Patrick Fournis , Chantal Le Goaster)