Jean-Michel Huon ancien élu de Tréguier

03 janvier 2017

LTC : Interview de Guirec Arhant maire de Tréguier Ouest-Franc e du 3 janvier 2017

G Arhant LTC

Guirec Arhant, le maire de Tréguier, n'était pas favorable, au départ, à l'intégration du Haut-Trégor à Lannion-Trégor communauté. Aujourd'hui, il y voit surtout des avantages.

Tréguier fait désormais partie de Lannion-Trégor communauté. S'il estime que l'ancienne cité épiscopale et capitale culturelle du Trégor y a naturellement toute sa place, son maire, Guirec Arhant, reconnaît, qu'au départ, il aurait préféré que le Haut-Trégor noue d'autres alliances.

« Le schéma préfectoral nous paraissait une structure gigantesque qui allait au-delà de ce que disait la loi NOTRe. Ça nous paraissait un peu énorme de passer de 16 000 à 100 000 habitants. Et beaucoup d'élus étaient favorables à une fusion car on devait tenir compte de nos voisins de la Presqu'île dans l'obligation de fusionner même si ça n'était pas notre cas (1). On se retrouvait donc potentiellement dans la boucle, mais on estimait qu'un mariage à trois - Pontrieux, la Presqu'île, le Haut-Trégor - ça pouvait fonctionner. Ça n'a pas pu se faire, on ne va pas y revenir. Maintenant, c'est parti, on y va. »

« Le risque qu'on soit noyés »

Plus question de continuer à ressasser le passé, d'autant que les réunions préparatoires organisées depuis un an entre les trois parties ont permis d'atténuer les inquiétudes initiales.

« C'est vrai qu'on se demandait si on aurait notre mot à dire, il y avait le risque qu'on soit noyés, qu'il y ait une perte de proximité avec le pouvoir de décision. Et puis, après, se sont mis en place les comités de pilotage-fusion auxquels participaient l'ensemble des maires et où on a pu voir l'évolution du projet dans les grandes lignes, les choses se sont apaisées progressivement et les inquiétudes ont, en très grande partie, disparu. On a commencé à prendre l'habitude de travailler ensemble et on a été relativement loin dans le travail de préparation. »

Des locaux pour l'école de musique

Concernant « Tréguier et le Haut Trégor, nous sommes arrivés avec notre projet de territoire et nos priorités. Nous avons, par exemple, une école de musique communautaire, nous avons les élèves, nous avons les enseignants, mais nous n'avons pas de locaux. Aujourd'hui, elle est dans des locaux provisoires qui ne sont pas adaptés et notre projet de territoire prévoyait la réalisation d'un équipement. On a déjà commencé à travailler en commun sur ce projet, j'espère qu'on va avancer assez vite là-dessus ».

« Un vrai changement »

Et, pour lui, les habitants vont aussi tirer profit de cette nouvelle donne.

Par exemple en matière d'habitat. Jusqu'ici, « c'était un champ relativement peu exploré par le Haut-Trégor, on avait quelques petites aides pour l'isolation, l'amélioration énergétique, mais c'était très modeste. Désormais, on va pouvoir accompagner réellement ceux qui veulent investir, engager des travaux, on pourra leur proposer un accompagnement technique mais aussi de nouvelles aides financières.Ça, c'est un vrai changement, et les gens n'en ont pas encore pris conscience. Ça va changer beaucoup de choses ».

« Plus-value pour les communes »

Les communes vont aussi en bénéficier: « La vraie plus-value c'est l'ingénierie qui constitue une force de frappe que n'ont pas nos petites collectivités. Le Haut-Trégor ne pouvait pas avoir un véritable service économique doté d'une technicité et de réseaux permettant de passer du stade de simple projet à l'accompagnement de la collectivité pour aller chercher d'autres porteurs de projets pour améliorer ce qui est déjà dans les cartons. Et ça donne plus de poids aux communes face aux acteurs économiques. En matière d'urbanisme, on va bénéficier de l'ingénierie et des bureaux d'études de l'agglo. Et c'est un avantage plutôt que de devoir faire appel à un cabinet privé extérieur à la région, d'autant que c'est mené par des gens qui connaissent bien le secteur. De même, pour l'assainissement, les compétences de LTC nous permettront d'avancer plus vite et d'aller plus loin dans nos projets. »

(1) La loi fixant un seuil minimum de 15 000 habitants aux communautés, la Presqu'île était condamnée à fusionner.

20 décembre 2016

Tumulus de Tossen Keler : transfert de Tréguier à Penvénan ?

La municipalité de Penvénan, perpétuelle rivale de Tréguier , envisage très sérieusement de récupérer les magalithes de Tossen Keler que Tréguier a bien voulu sauvegarder en 1964 en les accueillant sur les quais de Tréguier...C'était un ensemble mégalithique remarquable qui a été détruit à l'ère des  bulldozers . MM Briard et Giot en ont fait une étude remarquable (L'anthropologie T 72 1-2 1968 , Masson et Cie Editeurs) : description du cairn principal et du cairn secondaire , du mobilier céramique, et des trois blocs portant des gravures (ces derniers n'ont pas été érigés à Tréguier mais remisés à Guingamp).

Tossen Keller

Ce tumulus remarquable  (sépultures), devenu cromlec''h à Tréguier (cercle de pierres) mérité évidemment toute l'attention des archéologues et historiens ; doit-il rester à Tréguier sa terre d'accueil, après abandon par sa commune d'origine ? Il est logique qu'on puisse rétablir les erreurs du passé s'il y a erreur ! Un retour à Penvénan pourquoi pas ? Mais , reconstitué sur le site originel près de Croas Brabant !

Le projet de le transférer ailleurs,  sur le site de St Gonval est un non sens archéologique ; la lecture historique va être pertubée en associant cette reconstruction mégalithique à un site christianisé ! Qu'elles seront les déductions de nos futurs touristes (et surout les enfants ) visitant les mégalithes et la chapelle St Gonval ?

Ce ne sont pas  uniquement des veilles pierres mais une contruction funéraire de nos ancêtres ; cela mérite considération et respect...Tréguier capitale patrimoniale du Trégor doit veiller au grain !

Cependant il y a un  aspect politique ironique à ce  transfert : Penvénan se sentirait obligé de remercier  chaleureusement Tréguier alors que l'on sait que Penvénan a toujours soutenu par des "non" fermes les demandes de Tréguier (en particulier  dans les conseils communautaires  !); à Penvénan le vent a-t-il tourné vis à vis de Tréguier chef-lieu de canton ?

16 décembre 2016

Formation de crêpiers par le Greta , transfert de Tréguier à Lannion ! Honteux...

Depuis 25 ans la formation de crêpier était assurée, avec succès,  par le Collège Ernest Renan de Tréguier. La rénovation de ce dernier n'a pas intégré ce fleuron de la formation continue...La recherche d'une solution au Lycée Savina de Tréguier n'a pas été menée à terme par les autorités politiques du conseil Régional malgré la promesse de Mme la Vice Présidente à la municipalité de Tréguier. Les élus de Tréguier de la précédente mandature  se sont vivement opposés à ce transfert au Lycée Félix-le-Dantec de Lannion... Il manquait 100 000 euros pour mettre aux normes le plateau technique !

Mais la solution a été trouvée : transfert coûteux à Lannion : la revue de LTC n°40 d'octobre 2016 nous apprend que " Le lycée lannionnais Félix-le-Dantec accueille une nouvelle formation continue de crêpier . Espérée de longue date, la formation démarre en septembre avec ses premiers stagiaires dans le lycée qui est le seul établissement breton à délivrer le titre de crêpier. A l'étage supérieur du self, quelque 1000 m² aménagés par l'Agglo, sous la délégation de maîtrise d'ouvrage de la Région, en charge des Lycées et qui en a assuré le financement s'élevant à 900 000 €..."

Tréguier a été précurseur dans la mise en place de cette formation ; Tréguier a été une nouvelle fois victime d'une délocalisation .Est-ce le rôle des  élus du Parti Socialiste  du Conseil Régional de favoriser un lycée par rapport à un autre du même secteur ? une partie du territoire  trégorrois au détriment d'un autre ?

Dans deux mois Tréguier va faire partie de "Lannion Trégor Communauté" ; espérons que les élus  communautaires  LTC seront plus raisonnables et  se souviendront que la capitale historique du Trégor mérite respect et considération.

Dernière minute : la presse locale du 24 novembre 2011 nous fait part de la visite des personnalités régionales au niveau Greta créperie de Lannion ; "pour le proviseur il s'agit de l'aboutissement d'un travail de 20 ans (sic , dans le dos de Tréguier ?) . Il a tenu à remercier LTC et surtout l'ancien "maire de Lannion qui a su forcer les portes pour que la Région valide le financement de cet espace crêperie " . Merci les élus et particulièrement ceux du PS pour cette délocalisation  !Honteux...

09 novembre 2016

Recherche manoir de Keruet, sur la route des Sept-Saints (Le Vieux-Marché)

KeruetLe manoir de Keruet en Vieux-Marché (route des Sept-Saints) a été détruit dans les années 80 pour édifier une autre habitation (2 ?) dans le Finistère (Plougastel Daoulas ?). Je recherche des renseignements sur ce manoir et surtout des photographies.

On distingue d'après ce croquis (d'après description familiale) l'écurie au premier plan , suivi de l'habitation et de la grange (toujours existante sur place). A l'arrière une tour carrée abritait un  grand escalier en bois désservant les étages.Quelques marches   extérieures, au nord  permettait l'accès direct à une chambre indépendante dite "kambr à itron " au dessus de l'écurie.

Derrière les bâtiments il y avait un immense puits carré , visible de la route, avec une chambre "refuge " dans  une des parois.

Posté par JM Huon à 11:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

20 octobre 2016

Festival de Lanvellec . Visite patrimoniale de Tréguier

Festival de Lanvellec TréguierJean-Michel Huon, en charge de la visite commentée le samedi 22 octobre , Guirec Arhant maire , Président de l'Office du Tourisme et Annick Belan Furet directrice de l'Office de Tourisme Trégor-Côtes d'Ajoncs

30 juin 2016

"L'étroitesse de Tréguier bloque son essor démographique " interview par Nicolas Pipelier du Trégor (30 juin 2016)

Depuis 1975 ,Tréguier a perdu près de 800 habitants . Jean-Michel Huon ancien premier adjoint et ancien professeur d'histoire-géographie s'est penché sur les causes du déclin de la population ttrécorroise.

Selon vous, quelle est la première cause du déclin démographique de Tréguier ?

L'exiguiïté de son territoire . L’ancienne capitale du Trégor,  Tréguier,  ne couvre que  150 ha …Sous l’ancien Régime , Tréguier régnait sur tout le Trégor à travers son évêché ; depuis la Révolution et la perte de son diocèse , le  rayonnement historique , religieux et culturel  ont suffi à la nouvelle commune  et elle n’a jamais eu la priorité d’étendre son territoire pour assurer sa pérennité.

PICT0138A partir des années 60 , son territoire s’urbanise complétement  créant de  nouveaux quartiers à la  périphérie ; les constructions de la fin du  XX ème siècle vont devenir beaucoup plus rares faute de terrains disponibles. Tréguier s'est retrouvé en  manque d’espace pour construire ses habitations , son nouveau collège , sa zone d’activité…. Peu à peu les acteurs économiques s’installent sur le Minihy : Cit-Alcatel, grandes distributions, garages , artisans, délaissent le centre-ville. Les emplois diminuent donc sur Tréguier et augmentent sur Minihy ; la voiture fait qu’on se déplace plus facilement et qu’on ne résidera plus forcément à Tréguier….Enfin le refus de Minihy-Tréguier d’envisager un avenir commun va s’avérer être un handicap.

Le manque de place n'est donc pas le seul problème ?

A la fin du XX ème siècle, une nouvelle tendance  a émergé : les urbains devenus  rurbains  se sont  installés  à la campagne . Tréguier , ville de commerçants et de fonctionnaires a vu ainsi sa population partir.

Trois  exemples  : le monde enseignant , les employés territoriaux et les commerçants . Aujourd’hui très peu de professeurs  habitent Tréguier (contrairement aux années 60/70) , peu d’employés municipaux vivent à Tréguier, tout comme les  commerçants ou personnels hospitaliers.

Comment expliquer le vieillissement de la population ?

De  nouveaux quartiers ont  été construits  dans les années 70, de nos jours ils ont vieilli ; les enfants sont partis ailleurs faute d’emplois dans le secteur ; ces quartiers ont perdu  au moins la moitié de leur population entre 1970 et l’an 2010 .

c’est particulièrement vrai pour les quartiers de Goas Mickaël et St Michel peuplés de jeunes  ménages ( 4 à 5 personnes) dans les années 70 et sont actuellement devenus des quartiers de retraités ( 1 à 2 personnes pour la même habitation).

La moitié des habitations à Tréguier selon l’INSEE sont occupées par une seule personne et  11 % des logements sont vacants. Les maisons anciennes du Centre-ville ou les maisons néo-bretonnes  attirent  peu les jeunes ménages.Sauf le nouveau lotissement de Kernabat qui, par accident immobilier , a favorisé la mixité sociale.

Pourquoi le taux de logements vacants est-il si important ?

PICT0128

Tréguier est une ancienne cité épiscopale  , elle possède de nos jours de nombreux espaces remarquables  ,qui  n’ont pas toujours été mis en valeur faute de moyens financiers et de règlements  contraignants.

Ces dernières années , les deux monastères ont vu leurs religieuses disparaître avec  la maison de retraite des sœurs du Christ et les locaux laissés à l’abandon.

Cce sont des espaces clés pour le développement  urbain , l’accueil de nouvelles populations, mais que la ville trop pauvre et trop petite  ne peut acquérir. Ces espaces restent  donc  en friche et dépeuplés.

La fuite des emplois a pu également jpouer un rôle ?

Certainement , mais ça n'explique pas tout. Tréguier et son territoire  d’influence a vu le départ de la Cit-Alcatel , d’entreprises importantes (Colas/ex Bourgeois-Pichard), du site Edf de Kerfolic, de son hôpital actif (chirurgie et maternité, résidence Pierre Yvon-Trémel ), d’entreprises artisanales , de son  Centre de Sécurité Sociale et de ses activités portuaires marchandes.

Mais le territoire   a pu conserver ou attirer certaines structures : lycée, Centre hospitalier Gérontologique , blanchisserie inter hospitalière, Ateliers protégés et récemment la Maison des Services au public avec la Communauté de communes du Haut-Trégor.

 La bataille démographique n'est donc pas perdue ?

Tréguier , ancienne capitale du Trégor, a décliné depuis les guerres de La Ligue  du  XVI ème  au profit de sa voisine Lannion. Mais ses atouts restent  remarquables : un centre de pèlerinage (St Yves, Tro Breiz) , un tissu scolaire important et de qualité : Lycée Savina (sauvé de la disparition dans les années 60 !), deux collèges, Ecoles primaires , IME …Un hôpital gériatrique performant, un pôle culturel reconnu (théâtre de l’Arche) ,  un potentiel touristique impressionnant : ensemble épiscopal rare (Palais, cathédrale, cloître, cimetière) , le musée national Ernest Renan, port de plaisance,  de multiples associations dynamiques…

Il est nécessaire que Tréguier trouve sa place dans le Trégor.Coincée entre Lannion  et Paimpol elle est souvent prise en étau. Le rapprochement avec LTC peut-il   faire de Tréguier un pôle secondaire performant ?  Tréguier peut-elle  devenir  la capitale culturelle du Trégor ?

Quelle mesure urgente faut-il prendre pour stopper l'hémorragie ?

Il restera pour que la région de Tréguier  attire une population jeune  à créer une commune nouvelle : le retour à un nouveau Ploulandreguer plus étendu . Cela aura au moins le mérite de faire cesser les querelles intestines avec les communes limitrophes qui ont nuit ces dernières années à l’esprit communautaire du Haut-Trégor et de créer une nouvelle dynamique. N’oublions pas  que l’étroitesse de la ville bloque son essor et  interdit à Tréguier, un espoir de  grande croissance  démographique.

 

24 mars 2016

Le porche des Ladres de la Cathédrale de Tréguier

Portail ouest cathédraleD'après ancienne carte postale ... Vue rare du Porche des Lépreux  (ou porche ouest), le plus ancien porche de la cathédrale Saint-Tugdual. Au Moyen-Age les Lépreux , cantonnés quartier de La Corderie (Route de Lannion), pouvaient assister aux offices , sans pénétrer dans la cathédrale , les portes ouest restant ouvertes...

20 mars 2016

Ruines de la Chapelle Saint Fiacre à Tréguier (1814)

Tableau d'Henri-Daniel Nether : Musée des Beaux-Arts Rennes

St Fiacre

Posté par JM Huon à 15:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 mars 2016

Motion contre la suppression de l'option bilangue au Collège Renan

Le centre culturel s'associe à la motion pour le collège Renan (d'après l'article d'Ouest-France )

Enseignement bilangue

Samedi, lors de l'assemblée générale du CCER, Jean-Michel Huon,  président honoraire, ancien professeur au collège Ernest-Renan et ancien premier adjoint de Tréguier  a été autorisé par le Président François Tanné à prendre  la parole pour faire adopter une motion « pour le maintien de l'enseignement bilangue au collège Renan ».

Jean-Michel Huon rappelle les actions conduites par le CCER depuis sa création en 1963, dont « le sauvetage du lycée de Tréguier ».

Association d'éducation populaire, ouverte à tous, « défendant les valeurs de la laïcité et contribuant à l'émancipation intellectuelle, le CCER entend manifester sa solidarité à l'idéal laïque. En 1963, des défenseurs de l'enseignement étaient très nombreux à sa création. Le proviseur du lycée et le principal du collège étaient vice-présidents de droit. Aujourd'hui, Tréguier connaît une évolution importante dans le monde scolaire. Certaines fermetures sont dues à l'évolution démographique, les autres sont les conséquences de décisions gouvernementales. Je veux évoquer en particulier la fermeture de l'enseignement bilangue à la prochaine rentrée, en pénalisant l'enseignement de l'allemand et du latin . Enseignement reconnu bénéfique pour les élèves, maintenu dans les collèges de l'académie de Paris, et  dans certaines villes (à Lannion par exemple). Mais on ne peut admettre l'instauration en 2016 d'une inégalité territoriale en zone rurale.Les parents nous interpellent " L'allemand ne sera plus enseigné à partir de la 6e , réduisant ainsi l'attractivité de notre territoire ».

Alexis Wetterwald, parents d'élèves et membre du conseil d'administration du collège , donne lecture de la lettre adressée à la ministre de l'Education nationale, et confirme : « Nous serons reçus cette semaine par Madame Corinne Erhel, députée et la Directrice Académique."La motion est votée à l'unanimité.

(Bonne nouvelle : la suppression a été annulée fin avril ! )


01 mars 2016

Un nouveau parking sur le parvis ?

Parvis_parking

Le 5 février 2016, la  municipalité de Tréguier  a fait installer des bacs à fleurs pour recréer une zone de stationnement sur le parvis de la cathédrale St Tugdual entre le tertre Renan et le  Porche du Peuple.

Après le récent réaménagement de la place , le projet est surprenant ... voire incompréhensible dans notre   petite Cité de Caractère .

Certes, la zone bleue est peu respectée (un conducteur  sur deux), les voitures ventouses sont nombreuses (y compris sur les trottoirs !) mais il est  surtout scandaleux que le cheminement piétonnier, spécialement pavé pour les fauteuils roulants soit supprimé au profit des automobilistes ! Qu'en pense Monsieur l'Architecte des Bâtiments de France ?

Il est vrai que les commerces du Centre-Ville peinent mais faire fuir les piétons et les touristes amoureux de la ville n'est pas la solution! Cette question aurait mérité un débat au Conseil Municipal !

 

Parvis Tréguier 2016 (2)

Le 8 février la Mairie communique : "afin de faciliter l'acccès au commerces du centre-ville , dans l'attente de la mise en service du parking Gambetta (été 2016) un stationnement provisoire est ouvert sur le haut du parvis de la cathédrale à compter de ce lundi. Ce stationnerment situé en zone bleue, est limité à dix minutes maximum"

Reste à faire appliquer la zone bleue et le stationnement minute !!!

Le 10 février, Michel Sohier , l'ancien maire,réagit à cette initiative de la municipalité : "tristesse pour ne pas dire colère ... remise en cause du travail de la municipalité précédente... parvis défiguré... quel gâchis ! L'Architecte des Bâtiments de France at-il donné son aval ?"

Le 25 février , le parking du parvis s'est invité  au Conseil municipal : Louis Augès, conseiller  de la minorité, a en question diverse soulevé le problème : "Qui a eu cette riche idée ?...13 sarcophages ...Qui peut croire que la disparition des certains commerces est liée à quelques places de parking ? Etre commerçant , c'est un métier ; il faut savoir évoluer,innover, investir... De l'avis de tous , la saison estivale a été bonne  ; sans une place de parking supplémentaire...Il apparaît clairement  que certains non élus (commerçants ?), un petit peu manipulateurs, ont plus d'importance que la minorité de ce conseil municipal ..."Il dénonce le manque de fermeté sur la zone bleue.

Le maire-adjoint Franck Simon assure la paternité de la réalisation pour éviter de "laisser mourir les commerces" et assure avoir l'accord de l'Architecte des Bâtiments de France !

François Chatelet , conseiller de la gauche, replace le problème dans le contexte général de la désertification des coeurs de ville , dénonce le mépris envers  les handicapés (la zone PMR est barrée par les bacs !!!) et demande à  Franck Simon des nouvelles du futur parking Gambetta...En conclusion, après avoir salué l'attitude positive du Maire envers la minorité , François Chatelet  rappelle cette citation d'Ernest   Renan "Errare humanum est, perseverare diabolicum"... et nous sommes en terre chrétienne ! citation à l'honneur  dans cette salle sous le portrait d'Ernest Renan

Le Maire confirme l'achat de l'ancien garage Peugeot et les appels d'offre. Il "assume complétement le côté inesthétique  des bacs ; c'est une opération temporaire..." Il  invite les membres du CM à une prochaine réunion pour en discuter.

Le 1er mars (dans la presse),Jean Le Merdy, maire-adjoint chargé du Patrimoine contredit l'affirmation de Franck Simon , maire-adjoint instigateur du projet contesté, au sujet de l'accord de l'ABF : "la position de l'architecte des Bâtiments de France est précise et différente . Il souligne l'incompatibilité d'un tel usage, même provisoire, avec le parvis, dont le rôle principal est la mise en valeur de la cathédrale et la composition de l'espace public." Le maire-adjoint rappelle à cette occasion sa position "très défavorable à cet aménagement."

L'ABF était donc contre !

Le 2 mars dans un communiqué de presse Monique Decarsin et Louis Augès propose "un stationnement pour aller plus loin" , signalant les "zones de stationnement nettement sous-utilisées... la place des Halles, et la place dite du Crédit Agricole..."Ils proposent un fléchage incitatif et une action forte pour le respect des règles de stationnement...Le bon sens...Le  feuilleton du "parking du parvis " , désespérément vide, se poursuit .

Le 7 mars au CM le Maire a tenté de nuancer l'avis de l'Architecte des Bâtiments de France...

 Une erreur municipale qui tourne à la  faute politique !

29 février 2016

Quels enseignements à Tréguier ?

    Au dernier conseil municipal du 25 février seule une question était à l'ordre du jour : la fusion de l'Ecole Elémentaire Anatole Le Braz et  de la maternelle Marie Perrot. Les élus ont étudié et voté bien malgré eux cette fusion forçée, en échange de la garantie académique de n'avoir pas de suppression de poste pour la prochaine rentrée. Les données démographiques et la non prise en compte des maternelles de 2 ans n'ont pas permis d'envisager d'autres solutions...

    Après la suppression d'une classe en maternelle l'année dernière , la menace perdure et cette solution alternative ne  garantit en rien le maintien des 9 classes pour les prochaines rentrées ...

    La défense de l'Ecole Publique n'enthousiasme pas les Trécorrois ! Pourtant , Maternelle, Ecole Elémentaire, Collège , Lycée ,... Tréguier a l'avantage d'offrir à sa population tout le  parcours  de scolarité obligatoire pour ses élèves . Dans le passé les menaces n'ont pas manqué en particulier pour le Lycée qui a vu son existence remis en cause dans les années 60 et a été sauvé par l'obstination et la volonté de certains Trégorrois très attachés à l'enseignement public.

    Le Conseil municipal s'est aussi penché sur une motion présentée par les parents d'élèves du Collège Ernest Renan très indignés par la disparition en 6 ème de l'enseignement bilangues (anglais, latin , allemand, ) à la prochaine rentrée. Cet enseignement des langues a connu un réel succès national ; le ministère dans sa réforme des collèges l'a supprimé. Devant le tollé soulevé , la Ministre l'a rétabli  pour  les collèges parisiens et pour certaines villes (ex: Lannion)!!! Choquant de déclasser  ainsi certains de nos  "collèges"!

Une manifestation de parents est prévue ,vendredi 4 mars , devant le collège à 16 h.Participons!

la-presence-de-nombreux-elus-enseignants-et-parents_2790540

 Photo de la manifestation du 4 (Image Le Télégramme)

A la barrière du Collège Renan :des parents d'élèves , les municipalités de Minihy et de Tréguier, la conseillère départementale ,des anciens élus et des sympathisants...

12 février 2016

Quel avenir pour l'agriculture bretonne ?

       2016 Pont-Losquet (3)Depuis quelques mois, des manifestations paysannes éclatent dans toute la Bretagne ; les actions sont parfois violentes, toujours spectaculaires aux dépens des infrastructures routières et des édifices publics. La crise agricole se manifeste surtout par une chute des cours du  lait, du porc,  de la viande bovine ...Enième crise qui secoue la Bretagne depuis des décennies ! Enième manifestation de colère envers les ronds-points, les centres des Impôts, les permanences des élus ...

    Les Bretons, souvent issus du milieu agricole,  sont très sensibles au devenir de leur agriculture et donc des agriculteurs. Ils sont partagés entre un soutien inconditionnel et un désaveu pour les dégradations matérielles caractéristiques des manifestations agricoles. Nos élus  "soutiennent" de plus en plus la cause paysanne, les motions de soutien fleurissent dans les conseils municipaux, mais certains édiles plus courageux que d’autres, dénoncent les exactions dont sont victimes certaines communes  et veulent une autre orientation de la politique agricole : la fuite vers l'ultra libéralisme de la FNSEA  est dénoncée ; certains autres syndicats agricoles se montrent aussi très critiques...

  2016 LR Derrien (3)

Les villes du Trégor qui ont subi les manifestations ont souvent curieusement la particularité de n'avoir pas d'exploitant agricole sur leur territoire :Tréguier, Lannion , La Roche-Derrien .. ; Cette dernière paye sans doute (pas un déversement de gravats et de tôles amiantées au Boured !!!) la prise de position courageuse de son maire offrant un hébergement aux saisonniers "noirs" ramasseurs de "cocos". "Pont-Losquet" brûle mais pour quelle cause ?

     Les agriculteurs demandent une rémunération de leur travail au juste prix. Mais le libéralisme européen, soutenu par certains, a fait disparaître les régulations (plus de quota laitier par exemple !), dans un contexte mondial de globalisation  auquel s'ajoute l'intégration des exploitations agricoles par les  industriels de  l'agro-alimentaire. L'agriculteur breton n'est plus libre , ni maître chez lui  , il devient un esclave moderne...Quant au  système ultra libéral, il  va faire disparaître les exploitations familiales , place aux fermes de "1000 vaches"...

 La profession réclame l'harmonisation des charges en Europe et une plus juste répartition des marges dans les filières : la "transformation" et la "grande distribution" sont, ces derniers jours, la cible  de certaines  manifestations agricoles organisées par la base ; il est intéressant de voir cette base reprendre l'initiative !

 Il y a d'autres pistes :  par exemple , la Confédération paysanne prône "l'étiquetage de la viande bretonne ou française, mais accompagné d'une recherche de qualité qui offre une réelle différenciation auprès du consommateur" ; elle ne souhaite pas la baisse des charges sociales réclamées et accordées hier par le nouveau gouvernement. Elle dénonce le poids de l'endettement "faramineux".

     Prôner le "produit en France ", "consommer français" est certes une solution mais attention, aux rétorsions possibles des pays importateurs, la Bretagne a besoin de ses exportations alimentaires (cf la crise provoquée par la fermeture du marché russe)

     La responsabilité du monde paysan à travers ses coopératives et ses banques reste un sujet tabou : peu de manifestations devant la Cooperl ou le Crédit Agricole ; la banque verte a un énorme poids dans cette politique libérale provoquant  le  surendettement  et souvent la faillite de jeunes exploitants complètement désorientés.

    N'oublions pas non plus , que le monde paysan est le mieux placé pour sauvegarder notre patrimoine paysager rural et que les normes si décriés ne sont là que pour protéger notre environnement !

    Quant à nous consommateur, nous convaincre d'acheter quelques centimes en plus, les produits alimentaires ne devrait pas poser de problème. Manger la qualité mérite un prix juste !

     Quant aux politiques français et européens (que font sur le sujet nos députés européens  représentant la Bretagne ?) ils doivent proposer, en concertation avec les différents acteurs agricoles et les consommateurs, des solutions pour mettre en place  un nouveau modèle  pour l'agriculture européenne. François Collert Dutilleul, professeur à l'université de Nantes, proposait dans un point de vue récent d'Ouest-France "une exception agricole" sur le modèle de l'exception culturelle française pour protéger notre agriculture rurale ; pourquoi pas ? il nous faut choisir la voie de la raison...   

21 décembre 2015

Joyeuses Fêtes à Tréguier

PICT0044A admirer les chevaux de Christophe Milcent !

(parvis de la cathédrale , voie piétonne)

PICT0045

Posté par JM Huon à 15:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 décembre 2015

Tréguier : second tour des régionales

() par rapport au Premier Tour

Inscrits :     1551  Votants :      927 (+76)    Abstentions :    624 (40,2%)                 

Blancs :     34 (+24)  Nuls : 25  (+12)  Exprimés : 868 (+40)

Ont obtenu :

Le Drian : 454 (+163) 52,3 %

Le Fur : 253 (+65) 29,1%

Pennelle : 161 (-4) 18,6 %

Jean-Yves Le Drian sera le Président du Conseil Régional de Bretagne.

Posté par JM Huon à 15:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

07 décembre 2015

Tréguier : premier tour des Elections régionales : 6 décembre 2015

Entre () les résultats  aux départementales de mars

Inscrits : 1 551 ( 1 534 )      Votants : 851  (869) 54,8 %      Exprimés : 828 (839 ) 97,3 %

Ont obtenu :

P Socialiste  et union gauche (Le Drian ) : 291 (219) 35,14 %

Les Républicains-UDI (Le Fur)  : 188 ( 343) 22,7 %

Front National (Pennelle) : 165 ( 146) 19,9 %

UDB-MBP (Le Troadec) : 65 7,8 %

Ecologie (Louail) : 44 5,3 %

Front de Gauche (Compain) : 39 (103) 4,7 %

DLF (Foucher) 18 2,1 %

Moins de 1 % :  Deléon (5), Hamon (5), Robin (4), Gourvennec (4)

 

 

Posté par JM Huon à 10:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

27 novembre 2015

Hommage national aux victimes du 13 novembre

Afficher l'image d'origine

Posté par JM Huon à 11:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 novembre 2015

Finances du Port de Plaisance

Le Conseil Municipal du 25 novembre a discuté de la renégociation des emprunts du Port de Plaisance.Le projet présenté aux élus se proposait de renégocier les emprunts en cours, suite aux travaux de désenvasement (2009) et du changement des pieux  (2012) mais les deux banques concernées  n'ont pas présenté de renégociation avantageuse pour Tréguier. Les taux d'intérêt ont certes diminué mais l'indemnité acturielle très élevée rend l'opération non rentable pour le port.La municipalité a choisi de renégocier le prêt principal sur 20 ans , diminuant ainsi ses annuités mais les prolongeant de 9 ans ! Il n'est pas sûr que les usagers s'y retrouvent !

Le statu quo était envisageable , accompagnée d'une gestion très rigoureuse ; la consultation d'autres banques et un emprunt auprès d'elles eut peut être été une solution mais cette option n'a pas été tentée.

Posté par JM Huon à 09:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 novembre 2015

Fusion avec la communauté de Lannion : Landreger e maez !

   Afficher l'image d'origine  La municipalité de Tréguier s’est singularisée  en votant contre le rattachement du Haut-Trégor  à Lannion Trégor Communauté ; c’est la seule commune de notre communauté à avoir manifesté ainsi créant une cassure à l’intérieur du Haut-Trégor. Il est difficile de comprendre cette attitude mais les explications viendront certainement en Conseil municipal le mercredi 25 novembre. A noter en effet que certaines de ces  municipalités (Tréguier n’est pas la seule) s’expriment  par un vote sans que les conseillers municipaux ne  se soient prononcés en séance officielle.

     Connaissant peu les intentions  des  nouveaux édiles Trécorrois,   je me permets de faire  part de mes idées politiques sur la question :

     La méthode est curieuse de la part du Préfet mais semble efficace, la réorganisation du territoire est un sujet où les élus ne semblent pas défendre les intérêts de leur territoire avec objectivité ; on le voit bien pour le regroupement de communes, l’esprit de clocher perdure ! Tréguier et Minihy ne se précipitent pas pour fonder une nouvelle commune où Trédarzec et Plouguiel pourraient trouver leur place  pour créer un Poulandreger  fort, viable et  de taille humaine.

     Le choix communautaire est assez simple entre trois variantes : alliance avec la Presqu’île (canton de Tréguier) alliance avec Paimpol, alliance vers Lannion

- Confiner la nouvelle communauté au nouveau canton serait  mettre en place une collectivité sur un territoire trop exigu, à l’économie trop limitée (agriculture, tourisme…) et  rurale. Cette nouvelle communauté ne serait qu’une « intercommunalité » où les esprits de clochers resteraient nocifs comme ils l’étaient à la CC3R et comme ils le restent au Haut-Trégor.

- Aller vers Paimpol, avec Paimpol, c’est nier l’existence historique du Trégor qui n’est pas le Goëlo. Paimpol nous a toujours concurrencés en notre défaveur : lycée, Hôpital (Après le mainmise sur la Blanchisserie Interhospitalière, le centre hospitalier  de Tréguier vient d’être annexé par Paimpol et les travaux prévus ont été gelés). Paimpol est tourné vers St Brieuc (4 voies) et peu vers le Trégor  sauf pour  tenter des alliances politiques !

- Adhérer à LTC, c’est adhérer à une collectivité où semble régner un esprit plus communautaire. La Communauté de Lannion est certes immense mais elle comprend une agglomération et un grand nombre de communes rurales. Lannion a des infrastructures  nécessaires à notre développement économique : aéroport, gare TGV, pôle de recherche, écoles supérieures (Ingénieurs, IUT, BTS Industriels…), unités industrielles internationales (Orange, Alcatel-Lucent…PME électroniques) C’est une technopôle (Anticipa) reconnue en Bretagne,  en France  et à l’étranger. Nous arrimer à ce vaisseau est donc une chance à mon avis.

     Tréguier est dans le Trégor un pôle secondaire qui doit retrouver un nouveau  souffle : services, culture, patrimoine et tourisme sont ses atouts…Lannion étant un pôle technologique industriel, Perros-Guirec, un centre touristique reconnu , Tréguier pourrait miser sur  la carte patrimoniale (seul secteur sauvegardé du Trégor) et culturelle ; l’ancienne capitale historique du Trégor  rejouerait un rôle dynamique   sur le territoire de LTC. Une chance à ne pas laisser passer, une chance à saisir !

PS : Le Conseil Municipal  du 25 novembre  a voté à l'unanimité contre l'adhésion à Lannion-Trégor-Communauté  (4 abstentions: Louis Augès, Monique Decarsin, Loïc de Coëtlogon, François Chatelet)

Histoire d'eau à Minihy-Tréguier...

Afficher l'image d'origineLe Syndicat Intercommunal d'Eau  et Assainissement (SIEA) de Kénevec assure la ditribution d'eau et l'assainissement dans les deux communes de Tréguier et de Minihy. Il est géré par un comité syndical de 5 délégués municipaux de chaque commune. Le SIEA   est dans la tourmente depuis quelques mois. Les Trécorrois en ont été informés par de nombreux articles de presse depuis mars 2015.

La municipalité de Tréguier, étant l'objet d'une demande d'aide remboursable (80 000 €) par le Syndicat , le Maire de Tréguier a tenu à informer les élus et les membres de la commission des Finances avant la réunion du Conseil municipal du 25 novembre 2015.Merci Monsieur le Maire de cette tranparence !

L'affaire soulève deux problématiques différentes :

- La première concerne le détournement financier ou matériel de la directrice en poste , découvert  par le Premier Vice-Président du Syndicat . Le Président actuel et l'ancien Président ont déposé plainte et la Cour Régionale des comptes est saisie. La justice étant saisie , la personne en cause (bénéficiant de la présomption d'innocence), sera probablement jugée ; attendons la suite et évitons d'alimenter la polémique par des ragots qui sont souvent malveillants...

- La seconde problématique concerne la mauvaise gestion : le report souvent systématique de factures à payer depuis plusieurs années : 836 706 €  de paiement en retard en 2015 (dont 172 000 € pour achat d'eau au Syndicat du Trégor en 2014 et 400 000 € de ligne de trésorerie non remboursée ).Le prix de l'eau aurait dû  donc augmenter depuis des années, le rattrapage est donc nécessaire et douloureux. Les Trécorrois devront donc subir une augmentaion  de l'ordre de 50 à 60 € en  2016 mais le prix de l'eau restera correct, largement inférieur par exemple à celui de Penvénan ou de Pommerit -Jaudy.Attention aux augmentations en % qui ont un effet choc ! Mais il est évident que la réalité des dépenses est suspecte , vu les détournements dénoncés...

Si les détournements sont confirmés par la justice et la personne condamnée à rembourser , le remboursement profitera probablement, non au syndicat qui aura disparu , mais  soit à la CCHT soit à LTC si la réorganisation territoriale suit son cours.

     Les signes d'alerte n'ont pas été perçus ni par la Trésorerie, ni par les élus ... cela rend perplexe de nombreux habitants. Un examen attentif  de la capacité d'autofinancement (CAF) aurait dû faire réagir :

Par exemple :

- Epargne de gestion en 2010  (Recettes -Dépenses) : 139 254 € (A)

- Intérêts annuel  de la dette : 55 939 € (B)

- donc CAF brute : (A- B)139 254 - 55 939 = 83 314 € (C)

- Remboursement annuel du capital de la dette : 116 980 € (D)

- Résultats  2010 : CAF nette restante : (C-D)= -33 665 €  !!!

En 2011 la Capacité d'autofinancement était de - 56 571 € , en 2012 de -156 059 € , en 2013 de -132 142 € en 2014 de  - 185 999 € , CAF nette cumulée -564 438  € !!!

     Heureusement cette affaire ne met pas en cause le sérieux du fonctionnement technique du syndicat : les réseaux sont sains et les performances sont bonnes, les résultats des analyses physico-chimiques sont excellents pour les deux compétences, l'équipe technique est compétente...C'est un point très positif et rassurant. Quant à l'avance de 160 000 € par les deux communes , elle est remboursable et risque peu d'impacter les impôts locaux.

PS : Au Conseil Municipal du 25 , le débat a été musclé, mais l'aide financière  a été  votée à l'unanimité (3 abstentions : Pierre Macé, Patrick Fournis , Chantal Le Goaster)

   

 

Posté par JM Huon à 12:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,